Qui sera en première ligne pour 2016 ?

première ligneLes All Blacks sont des Champions du monde expérimentés. Ils vont devoir s’adapter à des départs en retraite et basculer, comme ils le font sans régulièrement après les années de Coupe du monde, sur un nouveau cycle. Avant le départ du Super Rugby, voilà un bref état des lieux de la première ligne.

Pilier gauche :

  • Tony Woodcock, 1m84/119kg, 118 tests matches avec les All Blacks, 141 de Super Rugby, il aura 35 ans en 2016. Sa carrière en noir se termine. Il aura passé 14 années internationales à faire ce qu’il doit faire. Un élément essentiel du rouage de la machine noire. Il quitte les All Blacks aussi humble qu’il est arrivé. Un monument !
  • Wyatt Crockett, 1m93/116kg, 45 tests pour les All Blacks, 154 de Super Rugby, il aura 33 ans en 2016. Il a manqué son heure de gloire suite à la blessure de Woodcock en Coupe du monde, en se blessant lui-même. Son expérience ne sera pas de trop en 2016, même s’il ne s’inscrit pas dans le projet pour 2019 (36 ans).
  • Joe Moody, 1m88/112kg, 11 tests pour les All Blacks, 33 de Super Rugby, il aura 28 ans en 2016. Remplaçant avec les Crusaders, il a prouvé qu’il pouvait démarrer et cela au plus haut niveau (demie finale + finale de Coupe du monde). Il aura un véritable rôle à jouer l’année prochaine car il arrive à maturité.
  • Reggie Goodes, 1m84/112kg, 47 matches de Super Rugby, 24 ans en 2016. Il est le jeune pilier gauche qui monte en Nouvelle-Zélande. Etonnant avec les Hurricanes, il est la surprise potentielle N°1.
  • Pauliasi Manu, 1m84/115kg, 50 matches de Super Rugby, 29 ans en 2016. Le « non All Blacks » le plus expérimenté. Il a été appelé en renfort « par sécurité » en fin de Coupe du monde en grande partie pour ça. Ce n’est sans doute pas un titulaire en puissance mais il est bon de l’avoir dans les parages.
  • Brendon Edmonds, 1m83/119kg, 18 matches de Super Rugby, 26 ans en 2016. Pas flashi pour un sous, il impressionne en mêlée fermée. Sobre mais actif, son profil peut intéresser.

Kane Hames a du mal à revenir, tandis que Tim Perry et Sam Prattley n’ont jamais passé le cap.

Pilier droit :
Ben Afeaki (1 fois All Blacks), le surdoué de la génération 88 ne reprendra peut-être jamais le rugby et le pilier le plus puissant de sa génération Ben Tameifuna, 25 ans seulement, est déjà en France. Ce sont deux lourdes pertes, dans tous les sens du terme.

  • Owen Franks, 1m85/118kg, 78 tests pour les All Blacks, 105 matches de Super Rugby, 29 ans en 2016. Calme, serein, consciencieux, massif, il est le titulaire du poste depuis 2009. Une référence mondiale ! A 32 ans en 2019, il pourrait être un des cadres les plus expérimentés pour les Néo-Zélandais.
  • Charlie Faumuina, 1m85/128kg, 33 tests pour les All Blacks, 73 matches de Super Rugby, 30 ans en 2016. « Impact player » par excellence du banc des All Blacks. Il ne sera sans doute jamais vu comme un titulaire en puissance pour 2019, mais son expérience et ses qualités peuvent faire de lui un joueur important pour la continuité et la reconstruction.
  • Nepo Laulala, 1m84/116kg, 4 tests pour les All Blacks, 25 ans en 2016. Merci Christchurch ! Formidablement bien formé, il ressemble en tout point à un mix équilibré entre l’explosivité d’un Ben Tameifuna et la rigueur d’un Owen Franks. La Nouvelle-Zélande n’avait sans doute pas entrevu un joueur comme lui depuis Olo Brown.
Nepo Laulala parti chercher sa place de titulaire aux Chiefs

Nepo Laulala parti chercher sa place de titulaire aux Chiefs

Jeff Toomaga-Allen (1 fois All Black) a un gros potentiel mais doit se reprendre, tandis qu’Atu Moli et Dan Lienert-Brown sont de très jeunes joueurs qui sont en phase d’apprentissage.

Pilier polyvalent:

  • Ben Franks, 1m84/118kg, 47 tests matches pour les All Blacks, 130 matches de Super Rugby, 32 ans en 2016. Il s’en va. Aux London Irish. Il va manquer, et plus qu’on ne le pense, car il est le meilleur pilier polyvalent du pays. Une position qui de prime abord ne sera pas remplaçable avec une telle qualité.
  • Ofa Tu’ungafasi, 1m95/129kg, 26 matches de Super Rugby, 24 ans en 2016. Un physique hors norme et un état d’esprit très joueur le caractérise. Des lacunes malgré tout …
  • Josh Hohneck, 1m90/118kg, 36 matches de Super Rugby, 30 ans en 2016. Il sort d’une fin de saison impressionnante avec les Highlanders. A suivre cette année, même s’il perce tout de même sur le tard.

Talonneur:

  • Keven Mealamu, 1m81/108kg, 132 tests pour les All Blacks, 149 matches de Super Rugby, 37 ans en 2016. C’est un monstre sacré du rugby néo-zélandais qui s’en va. Véritable ovni du poste à ses débuts internationaux en 2002, propulsé meilleur talonneur du monde dès 2003, il termine sa carrière sur un titre de double champion du monde et un rôle de vieux sage auprès de Dane Coles.
  • Dane Coles, 1m84/103kg, 36 tests pour les All Blacks, 78 matches de Super Rugby, 30 ans en 2016. Accrocheur, combattif, il y a une part de Fitzpatrick en lui …Il a un jus incroyable, ses lancés sont proches de la perfection … les mots en 2012 de Steve Hansen raisonnent « Dane Coles, c’est l’avenir ». Il est au top de sa carrière et peut tenir jusqu’en 2019.
  • Nathan Harris, 1m86/106kg, 2 tests avec les All Blacks, 12 matches de Super Rugby, 24 ans en 2016. Il est le genre de joueur que les All Blacks affectionnent particulièrement. Il manque la Coupe du monde sur blessure. A revoir au plus vite, en espérant qu’il revienne bien.
  • Codie Taylor, 1m83/106kg, 4 tests pour les All Blacks, 21 matches de Super Rugby, 25 ans en 2016. Longtemps le grand espoir du poste, il a mis le temps mais le voilà. Il faudra compter avec lui à l’avenir.
  • Hika Elliot, 1m86/110kg, 4 tests pour les All Blacks, 99 matches de Super Rugby, 30 ans en 2016. Sa longue période d’arrêt semble lui avoir été bénéfique. Il sera toujours là si la Nouvelle-Zélande a besoin de caractère, de muscler son jeu ou d’expérience supplémentaire.

Liam Coltman a sans doute envie de s’intégrer au plus vite à cette liste, James Parsons (1 fois All Black) est un joueur expérimenté en couverture tandis que Rhys Marshall et Ben Funnell auront fort à faire pour se faire une place au soleil dès 2016.

Avis Lexvnz :
Charlie Faumuina, peut éventuellement évoluer à gauche et donc prendre la place du pilier polyvalent. Ce qui équilibrerait et faciliterait la sélection des 5 piliers d’un groupe moderne: Owen Franks, Nepo Laulala à droite, Wyatt Crockett, Joe Moody à gauche, Charlie Faumuina en polyvalent.
Dane Coles est désormais incontestable. C’est à lui montrer l’exemple auprès de Nathan Harris et Codie Taylor.

Source: davistile.com, chiefs.co.nz

Laisser un commentaire