ALL BLACKS, What else ?

Dan Carter s'envole

Dan Carter a survolé la finale et donné des ailes à ses coéquipiers

Équilibre ! Harmonie ! Tout va bien ! Le monde tourne rond et les All Blacks sont Champions du monde.

  • Deux coupes du monde d’affilée ça ne s’est jamais fait ? Maintenant si. Les Australiens ne perdent pas à Twickenham ? C’est fait. Les finales sont ennuyeuses ? Pas celle-là. L’effectif était trop vieux ? Non, juste ce qu’il faut. Les hommes en noirs prennent de haut leurs adversaires ? Pas cette équipe-là. L’enjeu et la dureté tétanise les All Blacks ? Ils sont désormais préparés mentalement. La France est la bête noire des Néo-Zélandais ? Elle s’est faite dépouillée. Les Springboks sont trop costauds pour les All Blacks ? Mais pas assez endurants. Les Wallabies vont leur poser des problèmes ? Les All Blacks bien davantage. Les All Blacks ne pensent jamais au drop ? Dan Carter si.
  • C’est terminé. C’est fait ! L’équilibre est maintenu, c’est le travail le plus complet qui a payé, le talent le plus global qui est récompensé. Cette Coupe, bien que surestimée, vient là comme une cerise sur le gâteau, comme un « happy end » pour ces 4 années exceptionnelles, comme un remerciement d’avoir offert au rugby une telle qualité.
  • Steve Hansen, Richie McCaw, Mike Cron, Conrad Smith, Gilbert Enoka, Ma’a Nonu, Sam Whitelock, Aaron Smith, Wayne Smith, Tony Woodcock, Keven Mealamu, Dan Carter, Ben Smith, Kieran Read et tant d’autres … tant de noms pour témoigner de l’incroyable force de caractère, force de travail et d’intelligence de ce groupe.
  • L’ordre des choses est là sous nos yeux … Comme il est difficile d’endiguer une inondation, il semble Impensable d’arrêter le vent, il était sans doute trop dur de battre ces All Blacks là.
  • Cette Coupe du monde n’est pas le sacre d’un rugby primaire, restrictif, ni d’un rugby « champagne », « olé-olé ». Ce n’est pas le sacre de la mêlée, ni des buteurs, ni des mauls ou bien des chisteras et des « gratteurs » … C’est le sacre du rugby tout simplement. Du rugby total. D’un idéal. D’une conception. C’est le sacre des All Blacks !

«Ce jeu fait partie d’eux-mêmes, ils l’ont dans la peau» Gareth Edwards

3 réflexions au sujet de « ALL BLACKS, What else ? »

  1. Content de revenir lire un article sur ce blog !

    Une coupe du monde magnifique qui a remis les choses à leur place. On peut ne pas être très emballé par l’idée d’une coupe du monde, mais elle existe, donc il faut la gagner. Point. Personnellement, j’adore.

    Les traumatismes de 99 et surtout, pour ma part, de 2007, sont en passe d’être digérés. Et puis pour ce titre, ils ont battu tous les meilleurs. Et par rapport à la finale, on n’entendra pas comme il y a quatre ans les aigris et les jaloux qui vont essayer de minimiser l’exploit. L’écart était trop grand, sans le carton jaune, cela aurait pu être très lourd. En tout cas, depuis quatre ans, à chaque fois qu’ils ont été bousculé, ils ont haussé le ton dans la foulée pour finir par l’emporter. Maîtrise totale.

    Je suis persuadé que dans quelques années on se rendra encore plus compte de l’exploit de cette équipe. Tout sport confondu, cette équipe est tout en haut, allez je le dis, pas loin de la Dream Team de Jordan et Magic Johnson. Six années de domination quasi totale au plus haut niveau c’est exceptionnel.

    Je suis heureux pour tous ces joueurs qui me font rêver et vibrer depuis tant d’années. Je suis fan des Blacks depuis une vingtaine d’années, je les ai vu jouer deux fois, la première à l’époque de Jonah Lomu et la dernière avec la bande à McCaw et malgré qu’il s’agissait de matchs sans gros enjeux, cela a été les deux fois le gros frisson. Je ne pense pas avoir raté beaucoup matchs depuis la grande équipe de Fitzpatrick, Zinzan Brooke, Frank Bunce etc. jusqu’à celle-ci, qui me rappelle justement cette fameuse équipe de 95 à 98. Par les joueurs charismatiques qui la compose, l’impression de maîtrise qui en ressort et aussi par les actions de folies qu’ils nous offrent, je trouve qu’on est gâté.

    Un mot pour les trois vieux : Conrad Smith, Nonu et Carter, qui ont montré qu’à ce niveau le mental, l’expérience et le talent compte plus que la rapidité et/ou la puissance pure. Kaino aussi, qui était critiqué depuis son retour du Japon et qui a montré au meilleur moment qu’il est encore indestructible (cf le plaquage sur Kuridrani qui m’a rappelé celui sur Digby Ione en 2011).

    Pour finir, un mot sur Richie McCaw. Capitaine et joueur exceptionnel. Lui aussi, pour moi, tout en haut du panthéon des sportifs d’exception. J’espère qu’il va continuer un peu. Comme Federer en fait, chaque année j’ai envie qu’il reparte pour un tour. Envie de prolonger un peu le plaisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *