Vrai ou Faux désert derrière Kieran Read ?

Brad Shields Nasi Manu Liam Squire Luke Whitelock Victor Vito Jerome Kaino

Tandis que les Rodney So’oialo, Chris Masoe, Jerry Collins, Angus McDonald, Nick Williams, Steven Bates, Mose Tuiali’i, Sione La’auaki et consorts sont doucement mais sûrement en train de disparaître les uns après les autres de la planète rugby, de nouveaux N°8 se sont empressés de les remplacer au pied levé. Kieran Read29 ans, 1m93, 110kg, 62 sélections, 15 essais, 96 matches de Super Rugby (16 essais) est devenu leur leader, l’exemple à suivre.

« Le meilleur numéro 8 du monde. Un leader naturel et une source d’inspiration pour ses coéquipiers. Il apporte beaucoup d’expérience à notre pack » Todd Blackadder

A tel point que les All Blacks semblent d’ailleurs construire aujourd’hui sur l’association Aaron-Smith-Kieran Read. Au cœur du jeu, formidables relais entre les avants et les ¾, accélérateurs talentueux, stratèges et « visionnaires » ces deux joueurs remplacent petit à petit la doublette de « stars vieillissantes » Richie McCaw & Dan Carter.

Comme souvent lorsque des joueurs devenus à ce point essentiels manquent, il se peut que la machine s’enraye ou du moins roule un peu moins vite …

Alors qui est le « back-up » de Kieran Read ? Quelles sont les options disponibles ? Est-ce un vrai ou un faux désert ?

Bien sûr, ère professionnelle oblige, tous ne sont pas en Nouvelle-Zélande. Pour des raisons plus ou moins diverses, Colin Bourke, Thomas Waldrom, Alex Tulou, Chris Lowrey, Fritz Lee, Mike Coman, Matt Luamanu ou bien encore Matt Van Leven manquent à l’appel.

Le Super Rugby 2014 sera, avant l’année internationale, un test grandeur nature et un moment clé pour marquer les esprits et mettre la main sur cette place derrière Kieran Read, qui reste, encore aujourd’hui, à prendre.

Les « prétendants naturels » :

En pleine force de l’âge, ce sont des spécialistes du poste et des habitués du Super Rugby. Naturellement ils rêvent de revêtir le maillot noir ou de le retrouver. Cependant le temps presse, car la nouvelle génération montre ses dents et leur marge de progression est de moins en moins extensible.

  • Victor Vito, 27 ans, 1m92, 109kg, 22 sélections (2 essais), 60 matches de Super Rugby (8 essais).

« Back-up » sortant, il sait ce qu’il lui reste à faire pour retrouver sa place. En mettant de côté sa déception de rater le groupe des All Blacks il a relevé la tête et a livré d’excellentes prestations avec Wellington (défaite en finale) durant la dernière ITM Cup. En pole position, c’est à lui de passer la vitesse supérieure avec les Hurricanes.

  • Nasi Manu, 26 ans, 1m90, 112kg, 49 matches de Super Rugby (2 essais)

Jeune « surdoué » du poste, il a joué avec Canterbury directement après sa sortie d’école, All Blacks U19 et U20.  Joueur majeur de Canterbury depuis plusieurs années, il tient aujourd’hui un rôle important dans le dispositif des Highlanders (promu co-capitaine cette année).

  • Peter Saili, 26 ans, 1m92, 111kg, 60 matches de Super Rugby (4 essais)

Frère ainé de Francis Saili, il s’est imposé en tant que cadre régulier des Blues mais il semble avoir du mal à franchir l’échelon supérieur. Il  pourrait être en difficulté cette année avec l’explosion de Steven Luatua et le retour au pays de Jerome Kaino.

« Peter Saili, il se pourrait qu’à l’avenir, l’Europe se penche de près sur sa situation »

« Peter Saili, il se pourrait qu’à l’avenir, l’Europe se penche de près sur sa situation »

Les nouvelles alternatives :

Options de plus en plus crédibles car ce sont des joueurs « modernes », avec des profils très actuels. Très mobiles pour leurs gabarits imposants, ils sont polyvalents, offrent des solutions en touche et savent jouer aussi bien au près qu’au large. Très jeunes, ils ont encore du travail à accomplir mais il semblerait qu’ils aient davantage les qualités requises que d’autres pour évoluer dans le moule qu’a façonné Kieran Read.

  • Brad Shields, 23 ans, 1m93, 111kg, 29 matches de Super Rugby (3 essais).

Il est tout proche d’un appel avec les All Blacks (déjà plusieurs stages à son actif) et forme aux Hurricanes avec Ardie Savea et Victor Vito une 3ème ligne qui s’annonce détonante. Utilisé principalement en tant que blindside, il semblerait pourtant que sa puissance, son rythme de travail, sa gestuelle et son goût pour le jeu au large s’exprimerait mieux en tant que N°8.

  • Liam Squire, 23 ans, 1m96, 113kg.

Massif et pourtant impressionnant de dynamisme, Liam Squire a été appelé pour jouer avec les All Blacks Maoris et les Chiefs 2014 suite à sa superbe saison avec les Makos. On le croyait pourtant perdu (pour le rugby) 3 ans auparavant lorsqu’il avait subi une fracture de la colonne vertébrale. Aujourd’hui, il fait sensation et sera l’un des nouveaux arrivants du Super Rugby à suivre de très près.

  • Steven Luatua, 23 ans, 1m95, 115kg, 11 sélections,  20 matches de Super Rugby (4 essais)

Tout jeune All Blacks, il sort d’une année 2013 incroyable. Les Blues devraient tout faire pour développer encore davantage son potentiel. Quelques piges à ce poste de 3ème ligne centre ne pourrait que démultiplier ses capacités.

Les repositionnements de joueurs expérimentés :

N°8 n’est pas leur poste. Malgré ce fait établi, ce sont des joueurs expérimentés au niveau international, des rugbymen de très haut niveau qui peuvent, si Steve Hansen n’arrive pas à trouver la solution idéale, endosser ce rôle.

  • Liam Messam, 30 ans, 1m90, 108kg, 31 sélections (5 essais), 113 matches de Super Rugby (24 essais)

Au fil du temps et par le travail, il a su progresser et faire évoluer son jeu pour se hisser parmi les tous meilleurs blindisde du monde. Co-capitaine des Chiefs, il joue de temps en temps au poste de N°8 et reste toujours un choix envisageable pour les All Blacks.

« Liam Messam, 5 fois N°8 avec les All Blacks »

« Liam Messam, 5 fois N°8 avec les All Blacks »

  • Jerome Kaino, 31 ans, 1m96, 109kg, 49 sélections (9 essais), 85 matches de Super Rugby (4 essais).

Un des 3ème ligne les plus dévastateurs du rugby mondial et un des piliers de l’équipe Championne du monde de 2011. Il apporte une réelle présence physique au jeu d’une équipe en étant agressif et intransigeant. Davantage connu en tant que blindside, il est de retour aux Blues cette année et pourrait éventuellement évoluer en tant que  N°8, poste qu’il connait tout de même assez bien.

  • Richie McCaw, 34 ans, 1m87, 108kg, 125 sélections (21 essais), 122 matches de Super Rugby (26 essais).

Openside d’exception. Néanmoins, il vieillit. Aux Crusaders, Matt Todd pousse fort derrière. Sam Cane chez les All Blacks également.  En cas d’indisponibilité de Kieran Read, il se pourrait que les staffs laissent évoluer grand côté de plus jeunes joueurs et se tournent vers lui pour endosser d’autres postes. Blindside, mais également N°8, comme c’était déjà le cas lors de la série contre l’Irlande en 2012 ou plus récemment contre le Japon en fin d’année 2013. McCaw reste McCaw, mais aujourd’hui, parler de son repositionnement n’est plus tabou.

Les espoirs :

Ils sont pour l’instant inexpérimentés, voir naïfs, trop légers ou bien trop tendres mais ils représentent potentiellement l’avenir du poste car ils semblent avoir une énorme marge de progression. Ils sont pour l’instant couvés par leurs Franchises et apprennent vite.

  • Luke Whitelock, 24 ans, 1m90, 104kg, 1 sélection, 28 matches de Super Rugby (1 essai).

« Un jeune homme très talentueux avec un énorme potentiel. Il travaille vraiment dur aux entrainements, il a une grande éthique de travail. Il a également une grande connaissance du jeu. C’est un joueur dynamique et il devient de plus en plus dur et physique » Todd Blackadder

  • Jordan Taufua, 22 ans, 1m82, 100kg, 5 matches de Super Rugby.

« L’un des meilleurs impact-player du Super Rugby. Il fait des grosses différences quand il entre en jeu, que ce soit en tant que porteur de balle ou au soutien. Nous sommes impatients de lui donner du temps de jeu cette saison. » Todd Blackadder

  • Carl Axtens, 23 ans, 1m93, 108kg.

Compagnon de route de Sam Cane aux Steamers et dans les sélections de jeunes néo-zélandaises, Carl Axtens connaît une progression moins fulgurante. Il gravit les échelons année après année et son jeu laisse entrevoir un très bel avenir.

« Carl Axtens, dans le squad de développement des Chiefs 2014 »

« Carl Axtens, dans le squad de développement des Chiefs 2014 »

Le « back-up » de Read n’est donc pas encore nettement défini. Il y a même un bel écart entre lui et ses poursuivants. Cet écart pourrait faire penser qu’il y a un problème, mais en réalité, les alternatives sont finalement assez nombreuses et pour la plupart d’un très bon niveau, dont certaines pourraient tout à fait convenir. Avec un modèle comme Read, les jeunes N°8 néo-zélandais ont désormais en ligne de mire le rendement qu’un joueur à ce poste peut obtenir. Rares sont ceux qui y arriveront, mais en visant un tel objectif, ils progresseront. L’avenir s’annonce même plutôt bon.

[polldaddy poll=7788040]

Edit : Les âges sont ceux que les joueurs auront en 2014.

Crédits : diaryofaglamgoddess.co.za, makos.co.nz, blog-rct.com, stuuf.co.nz, Getty Image, theblues.co.nz, crusaders.co.nz

11 réflexions au sujet de « Vrai ou Faux désert derrière Kieran Read ? »

  1. j’ai voté Nasi Manu,
    simplement parce que Kaino est vieillissant et j’ignore aujourd’hui son état de forme, et Luatua semble d’avantage favorisé au poste de blindside chez les AB…
    malheureusement il est souvent blessé… a voir…

    • L’état de forme de Kaino est effectivement un gros point d’interrogation. On a beau me vanter le niveau du Championnat Japonais, tout ce que je sais c’est qu’il a perdu du poids et qu’il aura en 2014 3 ans de plus qu’en 2011. Maintenant s’il revient bien, les Blacks ne se passeront pas de lui.

  2. C’est vrai qu’à l’heure actuelle on ne sait pas qui est le numéro 2 à ce poste … il n’y a qu’à voir les votes du sondage, personne ne se détache franchement

    J’ai voté Vito, j’éspère qu’il va combler le retard et faire un gros super 15

    • J’éspère aussi que Vito accélère et réussisse à progresser, car sinon, sa carrière risque de s’arrêter là. Il y a du monde derrière qui va commencer à pousser fort.

  3. J’ai voté Messam, surtout parce qu’il était dans le groupe fin 2013. Et aussi parce que je me demande si le staff veut installer un vrai 8 spécialiste derrière Read, un peu comme pour Dagg en 15 où Hansen compte sur des polyvalents pour couvrir le poste en cas de soucis.

    • Pour un squad de Coupe du monde, à 30 joueurs, non, tu as raison, le staff n’est pas obligé d’avoir un second spécialiste du poste N°8. Des joueurs polyvalents suffisent (comme Kaino, Messam etc).

      Mais la question reste la même. Est-ce que si Read se blesse en 1/4 de finale, les All Blacks sont prêts à se contenter de jouer avec des « replacés » à ce poste stratégique ou ne vaut-il pas mieux essayer de trouver une doublure ?

      Je pense que le staff est dans l’embarras mais qu’ils vont malgré tout jouer avec le feu et ne pas trop approfondir les recherches.

Répondre à dark_vadehors Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *