Les All Blacks remportent la bataille d’Angleterre

Julian Savea New Zealand try v England 2013

Tout laissait penser que ce match serait un grand. L’esprit de revanche d’un côté, la volonté de faire tomber « l’équipe la plus dominante du monde » de l’autre. Le tout pour la 100ème de Dan Carter, ainsi que les 50ème de Dylan Hartley et Sam Whitelock.

Et il l’a été. Le combat fut rude, comme en témoignent les visages ensanglantés ou ecchymosés de Kieran Read et Chris Robshaw. Menés 17-3 au bout d’un gros quart d’heure les Anglais sont parvenus à revenir dans le match et même à mener 22-20 à l’heure de jeu. Mais les All Blacks ont redoublé d’efforts, remporté leur 13ème victoire de l’année, et mis fin à 7 matches d’invincibilité anglaise à Twickenham.

«Mentalement, nous étions devant une grande partie du jeu mais nous avons vu notre avance filer. Quand cela arrive, généralement le mental en prend un coup, mais ça n’a pas été le cas cette fois. Les gars sont restés dans le match, reliés les uns aux autres ». Steve Hansen

Le « Swing Low Sweet Chariot » a rendu inaudible le Haka mais l’essai de Julian Savea à la 105ème seconde de jeu a permis de rafraîchir l’atmosphère. Malgré le fait que les Anglais appuient sur l’importance de la concentration et de l’entame de match, le « génie » de Kieran Read s’est une nouvelle fois exprimé.

Suite à une action simplissime permettant de décaler Ma’a Nonu en bout de ligne qui pousse au pied obligeant Mike Brown a sortir en touche avec, Kieran Read, parvient sur l’action suivante à attirer sur lui 3 anglais et délivrer un incroyable offload à son ailier qui n’a plus qu’à s’engouffrer en terre anglaise.

Les All Blacks semblent intenables. Brodie Retallick arrive même à lancer dans l’espace Owen Franks. Le jeu arrive à se déployer, et Israël Dagg arrive à cadrer suffisamment d’adversaires pour envoyer l’inévitable Kieran Read à l’essai. 17-3.

Ce début de match est idyllique pour les All Blacks. Jusqu’à ce que Dan Carter, alors auteur d’un 3/3 au pied ne se blesse. Une nouvelle fois. Au bout de 26 minutes de jeu seulement.

Les Anglais mettent alors la main sur la balle. Mais tandis que les Néo-Zélandais parviennent à marquer sur des « actions éclairs », les hommes de Stuart Lancaster mettent énormément de temps pour parvenir à passer la ligne. Au bout de longues minutes, de plusieurs « pénal-touche », d’un essai refusé et de plusieurs mêlées à 5 mètres, Joe Launchbury bénéficie d’un improbable cafouillage à 2 mètres de la ligne et aplatit un essai mérité.

La dynamique néo-zélandaise est cassée, le match change de rythme, Kieran Read récupère un carton jaune et l’Angleterre commence son « come-back » en jouant avec beaucoup de conviction. La mi-temps sépare les deux équipes sur le score de 10 à 17. Mais la partie reprend sur ce même schéma.

Tony Woodcock, blessé, ne peut revenir et cède sa place à Wyatt Crockett. Owen Franks à Charlie Faumuina et Kieran Read toujours « au frigo » oblige Ma’a Nonu à jouer 3ème ligne. L’Angleterre se sent pousser des ailes, et l’arbitre pénalise les All Blacks à tout va. Owen Farrell, sans trembler, enchaîne pénalité sur pénalité jusqu’à ce que le XV de la Rose, pour la 1ère fois du match, passe devant.

«Nous devions tout faire pour récupérer la balle et jouer chez eux, parce que nous n’avions ni l’un ni l’autre. L’arbitrage était frustrant, mais il n’y a pas à râler, la clé c’est que nous devons nous adapter … et il nous a fallu un certain temps pour le faire aujourd’hui ». Richie McCaw

Il a fallu beaucoup de courage aux Anglais pour revenir dans la partie et il en a fallu beaucoup aux Néo-Zélandais pour se ressaisir et trouver les forces nécessaires pour retrouver le chemin de l’en-but anglais.

Les All Blacks ont, comme toujours, optimisé le peu de ballons qu’ils avaient, et après avoir réussis à remettre un peu de vitesse, ils ont balayé par deux fois la largeur du terrain. Ma’a Nonu s’engouffre dans un faux trou mais parvient à servir Julian Savea, lancé dans l’espace.

Le jeune ailier des Hurricanes a marqué là son 18ème essai en 19 sélections, son 4ème sur les deux dernières rencontres entre l’Angleterre et la Nouvelle-Zélande et surtout celui dont les anglais ne se sont pas remis.

La dernière pénalité d’Aaron Cruden scelle le score final d’un match épique : 30-22.

«Nous sommes vraiment déçus du scénario, mais je suis très fier des efforts des joueurs et félicitations à la Nouvelle-Zélande, ce sont des champions ». Stuart Lancaster

«C’est la meilleure équipe du monde. La différence entre eux et nous en ce moment, c’est qu’ils savent prendre leur chance quand elle se présente. C’est la référence. Ce n’est jamais facile de donner sept points d’entrée et ensuite faire la course derrière. Je suis vraiment fier des gars. On va dans la bonne direction et c’est le plus important. On va continuer d’avancer et d’apprendre.» Chris Robshaw.

Pourtant, c’est sans aucun doute, la meilleure performance anglaise de la tournée de novembre. Cette équipe anglaise sera à domicile en 2015 une véritable menace pour la 8ème Coupe du monde.

Quoi qu’il en soit, aujourd’hui, la revanche contre les Anglais est belle et bien prise. C’est typiquement le genre de match que les All Blacks viennent chercher en Europe, qui plus est en fin d’année. Des matches âpres, serrés, un combat acharné, des défenses agressives où la force mentale et le courage collectif prennent des places de premier choix.

Ce match restera comme l’un des sommets de l’année 2013 avec celui de l’Ellis Park.

Ils se déplaceront à Dublin (sans Carter qui devra pour son congé sabbatique soigner son talon d’Achille, mais aussi Tony Woodcock) pour y disputer leur dernier match de l’année et tenteront de le remporter afin de réaliser un sans-faute historique.

dan Carter 100

 

Quelques statistiques :

  • Les Anglais n’ont jamais brisé la ligne d’avantage. 0 cleanbreak en 80 minutes. 5 pour les Néo-Zélandais.
  • Les All Blacks réalisent un 100% sur leurs lancers en touche, mais terminent avec 60% sur leurs introductions en mêlée.
  • 38% de possession, 40% d’occupation seulement pour les All Blacks
  • 11 rucks anglais gagnés par la Nouvelle-Zélande. 2 seulement pour les anglais.
  • Richie McCaw est arrivé 32 fois dans les 3 premières positions aux breakdwons assurant. Sam Whitelock et Wyatt Crockett arrivent ensuite avec 17 arrivées.
  • Sam Whitelock a effectué 19 plaquages + 5 en tant qu’assistant pour 1 seul manqué.
  • Les All Blacks ont été pénalisés 12 fois contre 9 pour les Anglais.

 

Angleterre 22 : Essai de Joe Launchbury/ 5 pénalités et 1 transformation d’Owen Farrell

Nouvelle-Zélande 30: 3 essais de Julian Savea (2) et Kieran Read/ 2 pénalités et 2 transformations de Dan Carter/ 1 pénalité et 1 transformation d’Aaron Cruden.

L’arbitrage de Mr Joubert : Manquait de cohérence. Les règles ne semblaient parfois pas identiques pour les deux équipes.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=qZ6Je52uhlg&w=640&h=360]

 

Les notes Lexvnz :

  • Tony Woodcock : Toujours une bonne tenue en mêlée. Présents sur les déblayages. 6/10
  • Keven Mealamu : Termine très bien l’année. Impeccable sur ses lancers. 7/10
  • Owen Franks : Exemplaires sur ses arrêts buffets sur Billy Vunipola, il était en jambes. Moins dominateur en mêlée. 6/10
  • Brodie Retallick : Discret mais très efficace. 7/10
  • Sam Whitelock : Une 50ème en or ! Un grand match. 8/10

Sam Whitelock All Blacks England 2013

  • Liam Messam : Solide prestation, notamment en défense. Il manquait peut-être de relief offensivement. 7/10
  • Richie McCaw : Grand match aux breakdowns, un mental à toute épreuve, 14 plaquages, aucun manqué. 8/10
  • Kieran Read : Donnez lui le « Kelvin Tremain Memorial Trophy » et l’Award du meilleur joueur IRB de l’année ! 8/10
  • Aaron Smith : Très sollicité en défense, il a répondu présent, mais a commis quelques imprécisions balle en main, notamment sur son jeu au pied. 6/10
  • Dan Carter : 20 premières minutes quasi parfaites. Il cède malheureusement sa place bien trop tôt. 7/10
  • Julian Savea : Puissant, concerné, décisif. 8/10
  • Ma’a Nonu : Il a eu du « déchet », à la fois en défense (4 plaquages ratés) et en attaque, mais a compensé par une grande activité (13 plaquages) et une passe décisive salvatrice. 7/10
  • Ben Smith : Bon match. Il éprouve seulement plus de difficultés à exister balle en main. 6/10
  • Charles Piutau : A bien tenu le choc. Il est parvenu quelques fois à prendre l’avantage. 7/10
  • Israël Dagg : Dans un bon jour. Des choix judicieux, beaucoup de sûreté et un bon jeu au pied. Encore une passe décisive. 7/10

Le banc de touche

  • Dane Coles : Semble prendre confiance en lui match après match. 4/5
  • Wyatt Crockett : Hyper actif. Grande mobilité. Moins serein sur les phases statiques. 3/5
  • Charlie Faumuina : 40 minutes de qualité. 3/5
  • Luke Romano : Il effectuait son retour sur les terrains de rugby après une longue absence. 3/5
  • Steven Luatua : Très sûr, il est bien rentré dans la partie et a fait du bien « physiquement ». 4/5
  • Tawera Kerr-Barlow : Il semblait plus à l’aise que d’habitude. Moins fluide qu’Aaron Smith, mais de bons moments défensifs. 3/5
  • Aaron Cruden : Rentré tôt dans la partie, il a assuré la continuité du jeu. 3/5
  • Ryan Crotty : Une nouvelle entrée sans impair. 3/5

 

8 réflexions au sujet de « Les All Blacks remportent la bataille d’Angleterre »

  1. Encore un grand match à suspens ! Effectivement le genre de matchs importants pour la confiance ou ça se joue sur des détails. Comme tu le soulignes, la réaction des Blacks après que les Anglais soient passés devant, est intéressante, cela montre que le groupe est costaud aussi mentalement. Important aussi, car ça doit impacter les adversaires de savoir que mêmes bousculée, voire menée, cette équipe ne lâche rien… ou très peu..

    Difficile de ressortir des infividualités je trouve, prestation assez homogéne dans l’ensemble, à part encore une fois « Magic » Read, qui réalise des gestes que d’autres n’imaginent même pas. La classe.

    • Oui clairement, pour moi ce match est le N°2 de l’année après celui de l’Ellis Park. Et après le match contre les Français, le suspense était effectivement de retour.

      Je pense que la dynamique est bonne. Plus une équipe gagne, moins elle « cautionne » le fait de perdre. C’est cette mentalité qui est bonne à transmettre. Alors quand ils arrivent en plus à l’appliquer sur le terrain, c’est vraiment intéressant, c’était une belle performance collective.

      Place à l’Irlande maintenant. C’est la dernière marche.

  2. J’aurais bien aimé voir Manu Tuilagi face à Ben Smith quand même, pour voir comment ce dernier se serait comporté.

    Je pense également que le retour de Kaino, ou alors la titularisation de Luatua permettrait aux Blacks, au moins sur ce genre de match, d’avancer un peu plus sans perdre énormément en mobilité.

    Comme vous le dites si bien, les 2 gros tests des Blacks ont été contre l’Afrique du Sud et l’Angleterre. La puissance de ces 2 équipes et la jeunesse de leur effectif laisse présager qu’ils seront des grands prétendants à la victoire finale pour 2015.

    Effectivement, les choses pourraient vite se retourner. Impatient de voir la donne de 2014

    • Ça aurait été effectivement une confrontation intéressante, même si le rugby ce n’est pas que des duels en 1 vs 1.

      Honnêtement, personne ne peut savoir où en seront les équipes dans 2 ans. L’Afrique du Sud et l’Angleterre s’affirment dès aujourd’hui comme des équipes qui montent en puissance. Mais en réalité, sur un match, la France et l’Australie pourront très bien jouer les troubles fêtes également. Comme à chaque fois, ça ne se jouera pas sur grand chose.

      Même si la Coupe du monde est quelque chose d’important. Ce n’est pas une fin en soit pour moi. Il n’y a pas que ça comme compétition, même si elle « prestigieuse ». Ce ne sont généralement que 2 matches … Le champion du monde pour moi c’est le classement IRB. C’est l’équipe qui joue le mieux tous les ans et qui gagnent le plus de match.

      Après … je comprend que les gens attendent les Coupes du monde et aiment le suspense qu’une élimination directe procure, mais si je prend du recul, c’est pas forcément un titre très pertinent.

  3. Les All Blacks ont gagné leur match contre le France et l’Angleterre en étant dominés par moment et avec des statistiques en faveur de leurs adversaires. Je pense que c’est vraiment la marque des grandes équipes que de gagner de cette manière. Sur le plan du collectif ça montre que le groupe en veux toujours plus et ne baisse pas les bras quand l’équipe adverse prend l’ascendant. Plus qu’un match et l’invincibilité sur un an est acquise!

    A ce sujet il faudra quand même se méfier de l’Irlande qui si elle joue à domicile et sous la pluie peut créer des difficultés devant et tenir le choc derrière. Elle avait posé des problèmes aux All Black en tournée de juin sous des trombes d’eaux.

    • C’est effectivement signe d’un groupe en confiance, qui a des certitudes, de la qualité et qui ne tremble pas dans les moments décisifs.

      Mais certaines voix commencent à s’élever et pensent qu’il est délicat de gagner trop souvent sur les approximations des autres. Les All Blacks ne sont pas à l’abri du match parfait d’un adversaire.

      Il faut bien sûr prendre l’Irlande au sérieux. Je ne pense pas qu’il y aura énormément de changements. En dehors des blessés (Woodcock, et Carter), Romano et Hore pourraient régénérer un peu le pack sur cette fin de tournée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *